En Bref

Fondé2004
Dates De Renouvellement2008, 2014
Membres24
PartisansBMO Financial Group Jon et Laura Hantho (1 Donateur anonyme)
Les PartenairesFondation Gordon and Better Moore
Disciplines
Anthropologie, Economie, Histoire, Psychologie, Science politique

Pourquoi certains pays sont-ils riches et d’autres pauvres?

Au fil de l’histoire, les économies du monde ont évolué avec des degrés divers de réussite. Leur rendement au fil du temps est largement influencé par des systèmes de gouvernance, comme les institutions politiques, les lois et même les normes culturelles qui guident l’échange de la richesse et du pouvoir dans la société. Les relations sont bidirectionnelles : le développement des pays entraîne des changements dans leurs institutions.

Aujourd’hui, nous sommes témoins d’immenses disparités entre les pays, alors que les nations doivent s’attaquer à divers enjeux, comme la compétitivité commerciale, la productivité, la pauvreté, l’inégalité, l’autocratie et l’anarchie. Les politiques et les réformes nécessaires pour améliorer la stabilité et la richesse des nations sont complexes, car elles doivent être en adéquation avec l’histoire et le contexte propres à chaque nation.

Le programme Institutions, organisations et croissance de l’ICRA vise à transcender les limites des approches économiques traditionnelles et à offrir de nouveaux cadres pour mieux comprendre pourquoi certaines nations connaissent la réussite économique, alors que d’autres n’ont cessent d’échouer, pourquoi des institutions qui favorisent la croissance et le bien-être dans une culture, un emplacement ou une période historique sont moins efficaces ailleurs, et quelles sont les politiques qui optimiseront le progrès.

Les chercheurs de l’ICRA analysent comment se manifeste, ou pas, l’ordre social à divers niveaux dans la société, des familles et des groupes, aux régions et États-nations, jusqu’au niveau de la communauté mondiale. Ils mettent l’accent sur les institutions officielles, comme les systèmes politiques, et les institutions non officielles, comme les systèmes de normes. Leur large cadre composé de l’ordre social et d’institutions permet une nouvelle analyse de nombreux problèmes intemporels de la société, comme pourquoi certains pays, sociétés et états sont :

  • riches alors que d’autres sont pauvres,
  • égaux alors que d’autres sont inégaux,
  • démocratiques alors que d’autres sont autocratiques,
  • forts alors que d’autres sont faibles, et
  • pacifiques alors que d’autres sont violents.

Notre approche singulière

Depuis le lancement du programme en 2004, les chercheurs du programme sont au premier plan de l’intégration du rôle des institutions politiques et des mécanismes d’organisation d’une société à un cadre pour comprendre les possibilités de croissance économique et de développement.

Aujourd’hui, ils continuent à réaliser des avancées en regroupant et en exploitant de façon singulière des données issues d’un vaste éventail de domaines – économie, science politique, sociologie, anthropologie, psychologie et histoire – au sein d’une science sociale pleinement intégrée dotée d’une vision particulière de l’ordre social. En analysant le rôle que joue l’ordre social pour façonner le bien-être économique d’une nation, les chercheurs du programme visent à éclaircir comment au mieux relever certains des enjeux les plus difficiles que connaît le monde aujourd’hui, comme la pauvreté, l’inégalité, l’instabilité ou la violence. Les membres misent sur une myriade de méthodes et d’approches, y compris la modélisation théorique, l’analyse statistique de grands ensembles de données, des méthodes expérimentales (en laboratoire et sur le terrain), et l’analyse d’archives de données historiques originales. Le recours à des méthodes complémentaires pour l’étude d’une question de recherche crée davantage de connaissances que la somme des méthodes individuelles.

À l’avenir, le programme s’attaquera à trois grands défis analytiques :

  • Interaction entre les institutions et les règles officielles et non officielles;
  • Interaction entre la puissance de facto des personnes et des organisations sociales, la structure économique d’une nation et la puissance de jure de l’État et de ses institutions; et
  • La dimension internationale, y compris comment les décisions économiques et politiques dans un pays façonnent la trajectoire d’autres pays, et comment les intérêts des pays interagissent de façon dynamique au sein des organisations internationales.

Pourquoi ces recherches importent-elles?

Comme d’importants virages politiques, sociaux et économiques transforment les nations de par le monde, l’urgence ou la possibilité d’une compréhension réelle de l’atteinte de la réussite et de l’échec n’a jamais été aussi grande. La masse de recherches menées par les membres contribue considérablement à une nouvelle compréhension du fait que les institutions ne sont pas des entités statiques, mais des forces dynamiques qui peuvent avoir une incidence sur les citoyens, les collectivités et le développement mondial, lesquels peuvent en retour influencer les institutions.

Le travail des chercheurs de l’ICRA peut aider de façon prospective les nations pauvres à sortir de la pauvreté et produire des résultats qui guideront les institutions internationales, comme la Banque mondiale et le Fonds monétaire international, vers un fonctionnement plus efficace. Des dirigeants mondiaux d’Europe, d’Asie et d’Amérique du Nord se tournent souvent vers les membres du programme pour obtenir des conseils. Leurs travaux influencent les politiques nationales et internationales sur une variété d’enjeux, comme l’amélioration du développement économique et de l’aide internationale, et la gestion de la corruption politique et des conflits violents.

Close up of the US Supreme Court building, with the inscription Equal Justice Under Law.

En profondeur

Le programme a pour objectif de mettre au point une approche intégrée pour l’étude des dynamiques institutionnelles qui façonnent la croissance économique. Pendant ses dix premières années, le programme a été au premier plan des études visant l’établissement d’un lien entre les structures politiques et sociales d’un pays, et ses possibilités économiques, et de démontrer qu’il n’y a pas de solution unique, car l’économie de chaque pays réagit différemment aux structures institutionnelles et organisationnelles en raison de son contexte historique particulier.

Les membres du programme explorent des règles officielles qui caractérisent les institutions, ainsi que des règles non officielles, et comment des modes comportementaux réels réagissent à ces règles. Cela s’explique par le fait que les institutions façonnent les incitatifs individuels par des dispositions officielles et juridiques, et aussi par des normes, des habitudes et des attentes non officielles. Par exemple, les différentes approches relatives au rôle de l’État aux États-Unis et en Europe sont profondément ancrées dans l’ordre social dont l’évolution s’est faite au fil de siècles et cela explique pourquoi des politiques, comme les interventions de redistribution à la scandinave, ou un système de soins de santé nationalisé, sont inacceptables pour plusieurs aux États-Unis.

Les membres ont publié un grand nombre d’articles et de livres sur une variété de thèmes qui examinent comment diverses variables influencent le progrès économique, notamment : effets de la gouvernance démocratique, impact de l’instabilité politique, nature du processus électoral, et rôle de la structure des régimes et de la capacité des États. Parmi les publications importantes en collaboration, notons : analyse du rôle d’institutions syndicales coercitives sur le commerce dans les Amériques (Dippel, Greif et Trefler), évolution historique des droits de propriété des femmes de par le monde (Anderson et Greif); bases de l’efficacité des organisations sans but lucratif (Besley et François); facteurs déterminants des grappes de développement sous la forme de pays riches avec de puissants États et des sociétés pacifiques (Besley et Persson); causes et conséquences économiques des insurrections par guérilla (Trebbi et Weese); fréquence et impact des chefferies féminines en Afrique (Anderson et Robinson); et analyse de l’incidence de l’impartition (Trefler et Helpman).

PETER BRUEGEL: DEATH. Triumph of Death; tempera on panel, c1562, by Peter Bruegel the Elder.
Dans l’ouvrage Why Nations Fail, le Boursier principal Daron Acemoglu explore le rôle des institutions politiques et économiques que des événements critiques historiques comme la peste peuvent grandement influencer. Illustration : The Triumph of Death par Brueghel l’Ancien

Un des résultats majeurs du programme est l’ouvrage, Why Nations Fail: Origins of Power, Poverty and Prosperity, publié en 2012 et rédigé en collaboration par le Boursier principal de l’ICRA Daron Acemoglu et l’ancien Boursier principal de l’ICRA James A. Robinson. L’ouvrage a été encensé par la critique, car il a établi une nouvelle théorie provocatrice qui cerne la différence entre les institutions exclusives et inclusives et qui explique pourquoi des pays aux ressources naturelles similaires suivent des trajectoires si différentes sur le plan du développement économique et politique. Les auteurs avancent que par-dessus tout, les institutions politiques – pas la culture, la religion ni les ressources naturelles – déterminent la richesse des nations, et que plus celles-ci sont inclusives et démocratiques, meilleures sont les chances de prospérité.

Le conflit armé est l’un des plus grands obstacles au développement économique dans les pays les plus pauvres et plusieurs d’entre eux sont aux prises avec une violence politique continue depuis leur indépendance après 1945. Le Boursier principal de l’ICRA James Fearon a réalisé la première évaluation empirique de l’ampleur de ce phénomène dans ces pays depuis 200 ans. Selon ses résultats principaux, le conflit persiste dans certains pays, mais pas comme on le suppose généralement. Bien que les pays qui ont connu des guerres coloniales ou impériales au 19e siècle aient été le théâtre d’un plus grand nombre de guerres civiles après l’indépendance après 1945, rien n’indique que ces deux périodes mettaient en jeu les mêmes groupes ethniques.

Les membres du programme ont également mené des études empiriques pour évaluer comment les institutions et les organisations influencent les résultats économiques. Par exemple, le Boursier principal Joseph Henrich a réalisé des expériences en laboratoire et sur le terrain pour montrer qu’il était plus probable que les gens dans des sociétés dotées d’institutions en mesure de répondre aux besoins de base partagent de l’argent de façon impartiale, alors que ceux qui vivent dans des sociétés sans institutions fiables favoriseraient plutôt des membres de leur collectivité locale.

En plus de leurs travaux théoriques et analytiques, on a invité les Boursiers de l’ICRA à commenter des décisions stratégiques clés lors de consultations ou de présentations avec des fonctionnaires au Canada, aux États-Unis, dans l’Union européenne, à Porto Rico, au Brésil et au Pakistan. En décembre 2013, par exemple, le codirecteur du programme Torsten Persson et les Boursiers principaux Daron Acemoglu et Philippe Aghion ont rencontré des fonctionnaires chinois pour les conseiller quant à l’importance des réformes institutionnelles pour la croissance économique.

Exemples récents de livres et d’articles notables de membres du programme

Daron Acemoglu and Jim Robinson, Why Nations Fail: The Origins of Power, Prosperity and Poverty, Crown Business, 2012.

Philippe Aghion and Peter Howitt, The Economics of Growth, MIT Press, 2008.

George Akerlof and Rachel Kranton, Identity Economics, Princeton University Press, 2010.

Siwan Anderson and Debraj Ray, “Missing Women: Age and Disease,” Review of Economic Studies 77, 1262–1300, 2010.

Roland Bénabou and Jean Tirole, « Incentives and Prosocial Behavior. » American Economic Review 96, 1652-1678, 2006.

Tim Besley and Torsten Persson, Pillars of Prosperity: The Political Economics of Development Clusters, Princeton University Press, 2011.

Avner Greif, Institutions and the Path to the Modern Economy: Lessons from Medieval Trade, Cambridge University Press, 2006.

Elhanan Helpman, editor, Institutions and Economic Performance, Harvard University Press, 2008.

Matt Jackson, Social and Economic Networks, Princeton University Press, 2008.

Guido Tabellini, “Culture and Institutions: Economic Development in the Regions of Europe”, Journal of the European Economic Association 8, 677-716, 2010.

 

Programme Chronologie

Lancement du programme

L’ICRA lance le programme Institutions, organisations et croissance qui fait

Les dommages économiques issus du système des castes

Siwan Anderson (Université de la Colombie-Britannique), Associée de l’ICRA, améliore

Des institutions mondiales tirent profit d’idées novatrices

De nouveaux résultats sur des approches plus efficaces en matière

Des mesures indiquent que la démocratie stimule la croissance économique

Les Boursiers principaux de l’ICRA, Torsten Persson (Stockholm University) et

La croissance des états est liée à la capacité juridique

Dans son discours présidentiel à la Société d’économétrie, Torsten Persson

Une théorie avance que les électeurs perpétuent la partisanerie

Anke Kessler (Université Simon Fraser), Associée de l’ICRA, formule une

Une étude explique la divergence entre la Chine et l’Europe

Les Boursiers principaux de l’ICRA, Avner Greif (Université de Stanford)

Les audits publics réduisent la corruption à court terme seulement

Gustavo J. Bobonis (Université de Toronto), Boursier de l’ICRA, tente

L'ouvrage Why Nations Fail est publié

Daron Acemoglu (Massachusetts Institute of Technology) et James Robinson (Université

Elhanan Helpman, vers 2004

2004

Lancement du programme

L’ICRA lance le programme Institutions, organisations et croissance qui fait appel à une approche intégrée pour tenter de comprendre pourquoi certains pays sont riches et d’autres pauvres, et examiner les effets des institutions et des organisations sur la croissance économique. Le programme, piloté par le Boursier principal de l’ICRA Elhanan Helpman (Université Harvard), se compose de chercheurs de renommée internationale du Canada, des États-Unis, du Royaume-Uni, d’Europe et d’Israël. Leur expertise collective couvre un vaste éventail de sujets en économie, en histoire, en anthropologie et en science politique.

Honneur: Photo de The Philosophy of Photography/Flickr

Les habitants d’un village près de Madurai, Tamil Nadu, Inde

2005

Les dommages économiques issus du système des castes

Siwan Anderson (Université de la Colombie-Britannique), Associée de l’ICRA, améliore notre compréhension de la ségrégation sociale comme entrave à la réussite économique. Elle compare les résultats entre deux types de villages dans une région rurale et pauvre de l’Inde, et découvre que les ménages de castes inférieures qui vivent dans un village où prédominent les castes inférieures ont un revenu beaucoup plus élevé que les ménages de castes inférieures qui vivent dans un village où les castes supérieures constituent la majorité. Il s’agit de la première étude à quantifier les pertes économiques qui découlent de la rupture du commerce entre les groupes sociaux. L’article est publié dans la revue American Economic Journal en 2011.

Honneur: Photo de Universitätsbibliothek Salzburg

2005

Le commerce de longue distance favorise la prospérité

Les Boursiers principaux de l’ICRA, Daron Acemoglu (Massachusetts Institute of Techology) et James Robinson (Université Harvard), font appel à l’analyse statistique pour étudier comment le commerce de longue distance influence le développement institutionnel et la croissance économique. Ils démontrent qu’après la découverte de l’Amérique, les pays européens qui avaient accès à l’océan Atlantique et qui l’ont exploité pour le commerce ont établi plus rapidement de bonnes institutions et ont prospéré.

Honneur: Graphique du American Economic Journal: Macroeconomics

Relation entre la croissance du PIB et les tarifs moyens

2005

Des tarifs élevés compensés par de bonnes institutions

Dans la première étude systématique de la structure des tarifs et de la croissance économique, le Boursier principal de l’ICRA, Daniel Trefler (Université de Toronto) et le Boursier de l’ICRA, Nathan Nunn (Université de la Colombie-Britannique), viennent soutenir leur hypothèse selon laquelle un pays doté de bonnes institutions tolèrera des tarifs moyens élevés si ceux-ci favorisent les industries où la main-d’œuvre est hautement qualifiée. Pour les chercheurs, ces résultats veulent dire que les pays vont connaître une croissance plus rapide s’ils limitent le lobbying et choisissent soigneusement les industries à protéger par des tarifs élevés.

Organisations où James Robinson, Boursier principal, agit à titre de conseiller en matière d’éducation

2006

Des institutions mondiales tirent profit d’idées novatrices

De nouveaux résultats sur des approches plus efficaces en matière de développement international permettent à James Robinson (Université Harvard), Boursier principal de l’ICRA, d’influencer le processus décisionnel en politique publique. Robinson est conseiller en matière d’éducation auprès de la Banque mondiale eu égard au Rapport sur le développement dans le monde et au Rapport sur la gouvernance en Bolivie, et conseille le Fonds monétaire international relativement aux Perspectives de l’économie mondiale. En outre, il est membre de l’équipe du Center for International Developement à l’Université Harvard où il conseille le gouvernement de l’Afrique du Sud sur sa stratégie de croissance.

Honneur: Photo de Cambridge University Press

Couverture de l’ouvrage Institutions and the Path to the Modern Economy par Avner Greif, Boursier principal de l’ICRA

2006

La théorie du jeu suit la montée et le déclin des institutions

Avner Greif (Université de Stanford), Boursier principal de l’ICRA, utilise la théorie du jeu — étude du processus décisionnel stratégique chez des personnes intelligentes — pour étudier l’histoire économique. Il démontre comment des interactions stratégiques entre des acteurs économiques et politiques peuvent expliquer l’émergence et le déclin des institutions.

Honneur: Photo American Economic Journal

Capital démocratique et opinions sur la démocratie

2007

Des mesures indiquent que la démocratie stimule la croissance économique

Les Boursiers principaux de l’ICRA, Torsten Persson (Stockholm University) et Guido Tabellini (Université Bocconi), étudient la dynamique du changement économique et politique. Ils mesurent le capital démocratique des pays d’après l’histoire et la géographie, et font un parallèle avec des changements dans la croissance économique. Leurs résultats démontrent un cercle vertueux : le capital physique et démocratique, dans leur accumulation, se renforcent l’un l’autre et favorisent le développement économique et la consolidation de la démocratie.

Honneur: Photo de Wikipedia Commons

Palais de justice royal, Londres

2007

Des institutions solides permettent une R. et D. plus productive

Elhanan Helpman (Université Harvard), Boursier principal et directeur de programme de l’ICRA, en collaboration avec David Coe et Alexander Hoffmaister du Fonds monétaire international complètent une étude sur l’effet de la R. et D. sur la productivité et examine comment les institutions oeuvrent à l’appui de cette relation. Ils découvrent que les pays dotés de systèmes d’éducation de grande qualité, de systèmes rigoureux de protection des brevets et de mécanismes qui facilitent le commerce tirent davantage profit de leur propre R. et D. et de celle de leurs partenaires commerciaux.

Honneur: Photo de UN Photo/Wolfgang Grebien

Des gardiens de la paix de l’UNDOF patrouillent dans le plateau du Golan

2007

L’intervention étrangère met fin à la guerre civile

Le boursier principal de l’ICRA, James Fearon (Université de Stanford), et David Laitin mettent au point un modèle pour étudier les facteurs économiques qui influencent le glissement du rapport des forces dans une guerre civile. Ils démontrent que les conflits civils ont tendance à être des batailles du « tout ou rien » pour le contrôle de gouvernements centraux ou régionaux qui se fient beaucoup au prix que peuvent tolérer les diverses parties pour maintenir le combat. Conséquemment, les interventions étrangères qui paralysent la capacité militaire d’une des parties sont comme un catalyseur qui met fin à la guerre civile.

Honneur: Photo de Wikipedia Commons

Une statue de la Justice

2008

La croissance des états est liée à la capacité juridique

Dans son discours présidentiel à la Société d’économétrie, Torsten Persson (Université de Stockholm), Boursier principal de l’ICRA, décrit un projet de recherche en cours sur la croissance d’états forts, qui est au cœur du programme Institutions, organisations et croissance. Publié subséquemment sous la forme d’un article rédigé en collaboration avec le Boursier Gluskin-Granovsky de l’ICRA, Timothy Besley (London School of Economics & Political Science), le discours présente un nouveau modèle pour investir dans la capacité de l’état afin d’améliorer son efficacité à mettre en œuvre un vaste éventail de politiques. On avance que les états dépourvus de cette capacité juridique pourraient être plus à risque d’une guerre civile et d’une croissance économique faible; on précise que le modèle peut contribuer à expliquer pourquoi certains états demeurent faibles et pauvres, alors que d’autres connaissent une croissance rapide et s’enrichissent.

Honneur:
Photo de Wikipedia Commons

Isoloir typique d’un bureau de vote lors d’une élection fédérale au Canada

2009

Une théorie avance que les électeurs perpétuent la partisanerie

Anke Kessler (Université Simon Fraser), Associée de l’ICRA, formule une théorie novatrice pour expliquer pourquoi les dirigeants politiques continuent à promouvoir une idéologie spécifique en dépit des données qui suggèrent qu’ils devraient revoir leurs points de vue. Selon elle, le fait que les électeurs s’attendent à ce que les politiques et les intérêts d’un politicien se fondent sur une idéologie donnée pourrait entraîner un comportement partisan chez les politiciens.

Couverture de la revue Reach de l’ICRA – hiver 2009

2009

L’inégalité mène à la mort de nombreuses femmes

Dans certains pays en développement, il y a largement plus d’hommes que de femmes et on explique souvent le phénomène en évoquant un parti pris sexiste à la naissance et la maltraitance. Toutefois, à l’aide de données des Nations Unies et de l’Organisation mondiale de la santé, Siwan Anderson (Université de la Colombie-Britannique), Associée de l’ICRA, découvre qu’un grand nombre de femmes disparues en Inde et en Chine sont mortes à l’âge adulte. Anderson fait la recension des maladies et des blessures qui ont tué les femmes dans ces pays à divers stades de la vie — y compris l’accouchement et la maladie cardiovasculaire — et note que plusieurs sont évitables. En outre, elle découvre que les inégalités sont la source d’une proportion accablante des décès chez la femme.

Honneur: Photo de Wikipedia Commons

Le florin d’or florentin et les pièces de monnaie de la Dynastie Ming étaient en circulation entre 1300 et 1600

2010

Une étude explique la divergence entre la Chine et l’Europe

Les Boursiers principaux de l’ICRA, Avner Greif (Université de Stanford) et Guido Tabellini (Université Bocconi), réalisent une percée qui éclaircit l’une de nos plus grandes énigmes historiques — la divergence entre la Chine et l’Europe — de laquelle l’Europe est sortie beaucoup plus riche et puissante. En comparant la structure de clans en Chine et les villes de l’Europe médiévale, ils étudient comment au cours du dernier millénaire différentes structures sociales ont favorisé la collaboration au sein de ces sociétés. D’un côté, les clans chinois étaient des groupes hiérarchiques accordant beaucoup d’importance aux valeurs morales et à la réputation. Les villes européennes, quant à elle, se tournaient davantage vers des mécanismes officiels d’application de la loi pour maintenir le bon fonctionnement de la société. Les chercheurs avancent que ces différences ont mené les deux pays sur des voies divergentes en matière de croissance culturelle et institutionnelle. Aujourd’hui, écrivent-ils, l’influence de la vie dans les clans et les cités médiévales se fait toujours sentir dans les façons très différentes de faire des affaires dans les deux pays, y compris les notions de confiance et de parenté dans les transactions économiques.

Honneur: Photo de Boone Valley Lumber

Bois d’œuvre portant le sceau d’exportation de la CIPV (Convention internationale pour la protection des végétaux) autorisant le commerce international

2010

Les associations professionnelles obtien des tarifs plus élevés

Les Boursiers de l’ICRA, Matilde Bombardini et Francesco Trebbi (Université de la Colombie-Britannique), étudient les facteurs qui influencent les initiatives de lobbying d’entreprises issues de diverses industries. Ils découvrent que les entreprises qui connaissent moins de concurrence directe tendent à exercer seules des pressions politiques relativement aux tarifs qui touchent directement leurs produits. Grâce à des tarifs plus élevés et à une concurrence moindre, il est plus facile pour elles d’augmenter leurs prix et en retour leurs profits. Toutefois, les entreprises dans des industries très concurrentielles ne peuvent obtenir de bons résultats en agissant seules, car elles peuvent perdre des parts de marché si elles augmentent leur prix. Conséquemment, les entreprises concurrentielles doivent exercer des pressions politiques de façon collective, par exemple, par l’entremise d’une association professionnelle qui cherchera à protéger l’industrie dans son ensemble. Les chercheurs découvrent que les industries qui font davantage de lobbying par le truchement d’associations professionnelles réussissent davantage à obtenir des tarifs plus élevés.

Honneur:
Photo de Reuters

Des partisans du Parti démocratique populaire lors d’un rassemblement politique pendant une campagne électorale à Porto Rico

2011

Les audits publics réduisent la corruption à court terme seulement

Gustavo J. Bobonis (Université de Toronto), Boursier de l’ICRA, tente de comprendre si la connaissance des activités des politiciens par les électeurs améliore la gouvernance locale. À Porto Rico, le Bureau du contrôleur effectue un audit des municipalités dont les méthodes et les résultats sont accessibles aux médias. L’étude révèle que les rapports d’audit publiés avant une élection réduisent la corruption et augmentent l’imputabilité des maires au pouvoir. Toutefois, les effets ne se font plus sentir dans les mandats subséquents. Malheureusement, l’effet des audits sur la corruption politique est de courte durée; à long terme, leur incidence se dissipe.

Honneur:
Photo de Wikipedia Commons

Édifice du Parlement européen à Strasbourg, France

2011

Guido Tabellini conseille sur la crise de la dette

Guido Tabellini (Université Bocconi), Boursier principal de l’ICRA, offre ses conseils aux décideurs de l’Union européenne sur la crise de la dette souveraine européenne. Il avance que les dirigeants de l’Eurozone doivent s’entendre pour créer des institutions européennes destinées à surveiller les budgets nationaux et les politiques bancaires, et à départager les nations solvables des nations insolvables dans l’Eurozone, avant que le marché ne s’en charge.

Honneur:
Photo de whynationsfail.com

Couverture de l’ouvrage Why Nations Fail de Daron Acemoglu et James A. Robinson, Boursiers principaux de l’ICRA

2012

L'ouvrage Why Nations Fail est publié

Daron Acemoglu (Massachusetts Institute of Technology) et James Robinson (Université Harvard), Boursiers principaux de l’ICRA, ont rédigé en collaboration l’ouvrage Why Nations Fail qui conteste de vieux arguments voulant que la culture, la géographie et les ressources naturelles soient les facteurs principaux qui expliquent pourquoi certains pays sont riches et d’autres pauvres. Ils disent plutôt que les institutions constituent le facteur le plus important. En misant sur quinze ans de recherche originale, Acemoglu et Robinson avancent que les nations doivent éviter de favoriser des institutions politiques ou économiques extractives qui confèrent le pouvoir à une petite élite aux dépens de la majorité. À l’aide de données historiques extraordinaires sur l’Empire romain, les Cités-États mayas, la Venise médiévale, l’Union soviétique, l’Amérique du Nord et d’autres régions, ils formulent une nouvelle théorie de l’économie politique qui se révèle très pertinente pour la résolution de grandes questions contemporaines. Pour en savoir davantage, regardez le Boursier principal de l’ICRA, Daron Acemoglu, discuter de certaines des grandes questions de l’heure avec Doug Saunders, journaliste primé du Globe and Mail.

Idées liées à Institutions, organisations et croissance

Nouvelles | Institutions, organisations et croissance | Chercheurs Mondiaux

Ce que les sorciers peuvent nous apprendre sur les changements climatiques

Les superstitions et la pensée magique existent dans toutes les cultures, qu’il s’agisse d’avoir peur du numéro « malchanceux » ou de...

Nouvelles | Institutions, organisations et croissance

Le coût professionnel d’être une femme célibataire

Selon une nouvelle étude, les femmes célibataires diront avoir moins d’ambitions professionnelles quand un éventuel compagnon de vie pourrait entendre...