De nouvelles analyses révèlent l’histoire érosive de Titan, la plus grosse lune de Saturne

Nouvelles 02.08.2012

Depuis 2004, la sonde Cassini-Huygens de la NASA regarde à travers l’atmosphère voilée de Titan, la plus grosse lune de Saturne, et renvoie des images jusqu’à la Terre. Cela a permis aux scientifiques d’étudier le paysage titanien pour la toute première fois.

Le Chercheur de l’ICRA Taylor Perron, de concert avec des collègues du MIT et de l’Université du Tennessee, ont terminé l’analyse des images radars et ont remarqué quelques motifs étranges à la surface de la lune. Au fil de millions d’années, des rivières de méthane ont sculpté et façonné le paysage. De plus, Titan a une surface lisse avec un nombre exceptionnellement petit de cratères. L’équipe de recherche a posé la question suivante : « Les rivières auraient-elles pu causer suffisamment d’érosion pour effacer les cratères ou bien y a-t-il un autre processus responsable de la majeure partie du resurfaçage de Titan? »

L’équipe a étudié le rôle de l’érosion fluviale dans le lissage ou resurfaçage du relief de Titan. Ils ont étudié des régions de Titan qui comptent beaucoup de réseaux fluviaux et ont découvert que certaines rivières avaient très peu érodé le paysage, c’est-à-dire moins de 10 % de la hauteur initiale de la topographie, suggérant que d’autres processus géologiques sont probablement responsables du resurfaçage. Mais dans certaines régions, l’érosion a peut-être été plus importante. Il faudra réaliser d’autres recherches pour mieux comprendre ces différences régionales.

L’article est maintenant sous presse et sera publié sous peu dans le Journal of Geophysical Research.

Nous nous sommes entretenus avec le professeur Perron pour voir pourquoi il est emballé par ces nouveaux résultats sur Titan.

Pourquoi vous intéressez-vous aux réseaux fluviaux et à l’érosion sur Titan?

Titan semble être le seul corps du système solaire, hormis la Terre, où les rivières érodent actuellement la surface. Nous avons de nombreux exemples de rivières sur Terre, mais elles se sont toutes formées sous la même gravité et avec le même liquide, l’eau. Les rivières de Titan se sont formées dans des conditions où la gravité, la pression atmosphérique et la température étaient différentes de celles de la Terre. La combinaison de méthane et d’éthane liquides qui érode la glace de Titan nous est complètement étrangère, mais nous observons néanmoins des paysages qui sont étonnamment similaires à ceux de la Terre. Conséquemment, nous voulons comprendre la formation de ces rivières. Titan constitue un cadre expérimental plus vaste que tout ce que pourrait offrir un laboratoire et l’expérience a déjà été menée pour nous à une échelle temporelle géologique.

Quelles sont les questions auxquelles vous espérez trouver réponse par l’étude du paysage titanien?

Nous voulons comprendre dans quelle mesure les rivières ont changé la surface de Titan. Titan a peu de cratères d’impact comparativement à d’autres lunes englacées, comme Ganymède et Callisto, deux lunes de Jupiter, et cela nous indique que quelque chose a renouvelé sa surface. Nous voulons savoir si l’érosion fluviale pourrait en être responsable.

Nous voulons aussi savoir quel est le niveau d’activité des rivières de Titan et, par extension, quelles sont les conditions météorologiques à la surface de la lune. Les rivières coulent-elles en permanence ou seulement à l’occasion, lors de pluies torrentielles? Et depuis combien de temps cela a-t-il cours? S’agit-il d’un phénomène récent ou bien les réseaux fluviaux à la surface de Titan existent-ils depuis presque toujours?

Selon vous, à quelles fins les scientifiques utiliseront-ils vos résultats sur Titan?

Il est impossible de réaliser des expériences contrôlées avec des rivières qui s’étendent sur des kilomètres et des millions d’années, mais Titan l’a fait pour nous dans des conditions exotiques. Nous avons donc la chance inouïe de mettre à l’essai des théories décrivant et prédisant le type de rivières qui se sont formées sur Terre.

En outre, j’espère que nos résultats aideront nos collègues à mieux comprendre les autres mécanismes géologiques qui ont façonné la surface de Titan. Et peut-être cela nous aidera-t-il à planifier la prochaine mission jusqu’à Titan en nous indiquant vers où diriger la sonde pour trouver les rivières les plus actives.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces HTML balises et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Related Idées

Bien-être collectif

Irene Bloemraad parle de populisme et de l’opposition entre « nous » et « eux »

Avec la montée du populisme, de nombreux pays sont moins disposés à accueillir les immigrants. Au-delà des barrières physiques et...

Recommandation de lecture | Chercheurs Mondiaux

Maclean’s : Ce que Stephen Hawking nous a appris sur l’importance de l’incertitude

Article d’opinion : À une époque où les suppositions et les fausses nouvelles sont devenues bien trop répandues, il est essentiel...

Recommandation de lecture | Développement du cerveau et de l’enfant

BOLD : Gènes et plasticité cérébrale

Pouvons-nous modifier comment sont encodées nos expériences et ainsi changer notre comportement? « William James, le célèbre médecin-chercheur, a dit un...